La liquidation permet la radiation définitive d’une société du registre du commerce et des sociétés qu’elles soient une EURL, SARL, SASU, SCI. Il faut avant tout disposer d’un procès-verbal de dissolution. C’est la première étape à la fermeture d’une entreprise. Le temps de la liquidation de la SCI, la personnalité morale de l’entreprise est maintenue dans ses fonctions pour réaliser les opérations comme régler les dettes.

Qui peut décider de la liquidation d’une SCI ?

Il est important de distinguer, une liquidation volontaire ou l’amiable qui est lancée par l’associé unique et une liquidation juridique qui est ordonnée par le juge du tribunal de commerce s’il y a plusieurs associés, la décision est prise en assemblée générale, à la majorité. Les dirigeants ne peuvent pas de leur propre chef prendre la décision de liquider la SCI. La dissolution d’une SCI entraîne le partage de ses actifs une fois les créances réglées. Une société peut prendre fin à tout moment même si elle est prospère. Les associés peuvent décider de sa dissolution et devront supporter les conséquences fiscales. Une fois la dissolution décidée, le procès-verbal matérialisé, il n’est plus possible de revenir en arrière.

La liquidation d’une SCI

Une fois la dissolution prononcée, le liquidateur désigné est le seul intervenant qui peut agir au nom de la société. Les gérants sont dessaisis de leurs contrats. La mission du liquidateur consiste à terminer les affaires en cours, réaliser l’actif et payer les créances et toutes les dettes de la société. Il est tenu de rendre compte de l’accomplissement de sa tâche aux associés au moins une fois par an. À l’issue de la dissolution, la liquidation devra être publiée dans un journal d’annonces légales. Une fois la radiation de la SCI actée, la personnalité juridique de la société n’existe plus. Les associés pourront se partager les actifs une fois les dettes épurées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here