Comment facturer ses missions freelance ?
Source photo de couverture @criene via twenty20.com

La facture est un document qui relate les informations d’une opération de vente, d’achat ou la réalisation d’un travail. Elle constitue une obligation légale quelle que soit votre activité. Ainsi, en tant que freelance, vous devez aussi en fournir une à vos clients pour demander votre paye à la fin de chaque mission. Comment alors établir une facture en bonne et due forme ? Les réponses dans cet article.

Les différentes manières de facturer ses missions freelance

Les différentes manières de facturer ses missions freelance
Photo de @titovailona via twenty20.com

Il existe, au moins, trois modes de facturation possible lorsque vous travaillez en freelance.

Facturation au temps passé

La facturation au temps passé ou en régie est une méthode qui considère le temps comme élément de fixation du coût de la mission. Les tarifs imposés sont ainsi à l’heure ou à la journée. Pour estimer votre prix avec ce type de contrat, référez-vous au tarif journalier moyen (TJM).

Facturation au forfait

Avec cette technique, vous devez fixer un tarif global pour une tâche effectuée. Le temps ne compte pas. Seule la livraison du travail peut donner lieu à un paiement. Avec ce type de contrat freelance, vous devez ainsi être capable d’estimer précisément les dépenses relatives à la réalisation d’une mission. Le forfait convient surtout aux missions freelances répétitives.

Facturation au résultat

La facturation au résultat vous permet de négocier à la hausse votre tarif. En contrepartie, vous devrez livrer un travail de qualité, à hauteur de la rémunération. Ce type de mission freelance est souvent pratiqué par les freelances très expérimentés.

Que pouvez-vous facturer ?

Que pouvez-vous facturer ?
Image par William Iven de Pixabay 

En tant qu’indépendant, vous devez prendre en considération plusieurs critères pour bien facturer vos missions freelance.

Votre expérience

Le tarif d’un freelance est évolutif selon son niveau d’expérience (junior, senior ou expérimenté). Ainsi, votre ancienneté est à considérer dans la fixation du prix de vos missions. Pour prouver vos compétences, n’hésitez pas à présenter vos références.

Votre spécialité

Votre activité compte également. Le montant de vos prestations doit varier selon votre spécialisation, votre compétence et la rareté de l’offre que vous proposez. Le prix d’un référenceur doit être par exemple plus élevé que celui d’un rédacteur n’ayant pas des compétences en SEO.

La durée du contrat

Votre tarif doit aussi varier selon la durée du contrat. Pour un prix juste, il est préconisé de facturer moins cher les clients qui proposent des missions freelance régulières.

Il faut inclure dans votre calcul vos charges directes telles que le loyer ou l’abonnement internet. Ne négligez pas non plus les dépenses indirectes (le temps passé pour réaliser la mission, votre pénibilité…). Votre travail doit ainsi, au minimum couvrir ces frais.

Quelles mentions sont obligatoires sur la facture ?

Quelles mentions sont obligatoires sur la facture ?
Source : Ollyy / Shutterstock.com

Une facture est un document légal réglementé. Ainsi, sa rédaction répond à quelques codes, notamment l’insertion des inscriptions obligatoires.

L’identité du freelance

La facture doit d’emblée mentionner les informations vous concernant. Ainsi en est-il de :

  • vos nom et prénom(s)
  • l’identité de votre entreprise (nom, numéro d’identification…) ;
  • votre adresse et vos coordonnées (e-mail, téléphone…).

L’identité du client

Les informations concernant votre client (nom, prénoms, adresse et dénomination sociale si c’est une entreprise) font partie des mentions à inscrire sur la facture.

Les références de la facture

Cette étape est importante, car elle permet d’identifier la facture. Il faut y alors inclure :

  • le titre (achat, vente…) ;
  • le numéro qui doit être continu ;
  • la date d’émission.

Les informations sur la prestation

Enfin, la facture doit donner un maximum d’informations sur la prestation rendue, entre autres :

  • la désignation du service proposé ;
  • le montant à payer ;
  • le taux de TVA appliqué ;
  • les majorations ;
  • les réductions ;
  • la date de livraison de la prestation.

Quels outils de facturation utiliser ?

Quels outils de facturation utiliser ?
Image par William Iven de Pixabay 

Il est souvent difficile d’établir une facture quand vous ne disposez pas des connaissances nécessaires pour le faire. En effet, l’omission d’une mention obligatoire vous expose à une amende. Il est alors important de bien établir votre facture. Plusieurs outils sont à votre disposition si vous désirez facturer vos missions freelance en respectant la règlementation en vigueur.

Ainsi en est-il des logiciels de facturation. Ces outils sont très nombreux sur Internet. Ils ont l’avantage d’être complets, rapides, personnalisables et automatiques. Leur utilisation vous fera également gagner du temps.

Vous pouvez aussi utiliser Excel pour facturer votre client. Cet outil vous permet d’avoir un modèle préétabli que vous remplirez par la suite. De nombreux modèles sont téléchargeables en ligne.

Enfin, vous pouvez facturer vos missions freelance à l’aide d’une application dédiée.

Source photo de couverture @criene via twenty20.com

> >

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here